Anny SchneiderAuteure et Herboriste

Folie d'amour

Puissance insoupçonnée mais incommensurable,
De même nature que la foi qui déplace les montagnes,
Exaltation de soi, sublimation de l'autre,
Anesthésique inégalé, ivresse décuplée,
Je comprends pourquoi tant de gens en sont obsédés...

Et pourtant, la rançon en est terrible :
Se perdre complètement dans l'autre est périlleux
Mais l'espèce humaine n'a rien trouvé de mieux
Pour rencontrer son complément et même ce Dieu,
Qui lui-même prêche l'amour comme seul salut
Pour vraiment se trouver, l'autre doit être le but.

Chacun est un univers complet et porte en lui-même sa finalité,
Et, dans la mesure où il s'est réalisé,
Au fond de soi ,on rencontre le monde entier.
Pourquoi alors, pour se sentir vraiment vivant,
Faut-il trouver un étranger pour se sentir comblé?

Toucher de près l'autre c'est se démultiplier,
Possible seulement quand on a vaincu toute résistance,
Que les fluides coulent de l'un à l'autre et qu'apparaît,
Dans les épousailles des corps, l'essence,
D'une nouvelle forme de vie, au propre comme au figuré.

Ce grand mystère encore inexpliquée, 

Scission-coupure des formes et des natures,

Homme et femme, séparés depuis des lunes,
Condamnés à éperdument se chercher,
Anima et animus, divisés par quel péché?

Se trouver, se reconnaître et se rejeter,
Finir  par se quitter encore, provisoirement,
Pour mieux apprécier la tension de l'attente,
L'allégresse de la rencontre, le chagrin de la perte..
La conscience de notre béance et le répit du relâchement

Seuls, nous ne sommes rien,
Et tout en même temps : to be all-one, all-ein,
Mais deux pour un, est-ce possible, souhaitable?
J'ose à peine y croire encore, mon inespéré,
Quitte à ressentir ton absence comme une brisure
Avant même de t'avoir vraiment rencontré.

Quelle folie !  Crie mon ego ulcéré,
Trop tard! J'ai déjà succombé.

Et bien vite, évidemment, tu m'as trompé...

Anny, amoureuse alors exaltée

Un magnifique site web réalisé par Saïvann