Anny SchneiderAuteure et Herboriste

Oraison bucolique

Jamais encore, la nature ne m'a déçue,
Toujours, à chaque rencontre, elle m'a émue
Par ses multiples beautés et, à chaque fois
Elle fait vibrer mon âme et même parfois,
Je me fondrais en elle, immobile, immuable,
Mais toujours en mouvement, c'est formidable
Comment alors en moi la paix s'installe,
Et que mon mental, d'ordinaire si bavard, se calme.

Depuis ma petite enfance dans les forêts d'Alsace
Jusqu'à mon cher Mont Shefford, la terre est mon ancrage
Et, en l'écoutant bien, j'entends le chant des origines,
Comme d'autres récepteurs à l'oreille fine,
J'y ai reconnu la pensée d'éternité,
Qui tous nous habite, nous anime et nous fait vibrer
Et qui souvent fait chavirer, à point nommé,
Nos idées toutes faites, nos illusions et nos préjugés.

Attention pourtant, à l'ivresse des hauteurs
À l'impression, dévoyée mais si humaine, de tout comprendre,
Car même notre propre destin est un mystère inachevé,
Parce que nous oscillons souvent entre l'amour et la peur,
Assoiffés d'absolu, d'énergie, de beauté et d'éternité,
Pourtant, la nature, comme la vie, le monde et nos enfants
Ne nous appartiennent jamais vraiment,
Pas même notre souffle, l'énergie ou le temps...

Tout nous est prêté, en pièces uniques, en moments magiques,
Et comme une longue promenade dans une forêt magnifique,
Notre vie est tracée par les chemins empruntés librement, 
De passage, mais inscrits dans nos histoires inédites,
Mais pour l'essentiel, l'essence de notre être et notre finalité,
Même si nous sommes responsables de nos choix et mouvements,
Comme tout ce qui, sur cette terre, est vraiment vivant,
Ça dépend de bien plus grand, pour moi : du Tout-Puissant!

Anny Schneider, 
Petite herboriste parfois contemplative, Shefford, Fin d'hiver 2006

Un magnifique site web réalisé par Saïvann