Anny SchneiderAuteure et Herboriste

Rap, pas rap, attrappes!

J'vis su'l Boulevard Fortin
Dans un quat' et demie avec trois aut'copains,
C'est laid, c'est p'tit, y a ben du bruit,
C'est platte à mort, l'jour comme la nuit.

Refrain :
Chuis dans la capitale du bonheur,
Ça m'empêche pas d'avoir peur,
Des cons, des bœufs, des développeurs,
Y serait où, ce monde meilleur?

À la maison c'était pas mieux,
Le père souvent chaud, la mère ben gelée,
Pis quatre petits braillards pas mal nerveux,
Comme pas évident pour étudier...

Même si un prof m'a trouvé du talent,
Rare en art graphique, pis même en chant,
Trop d'autres m'ont dit que j'étais nul,
Fait que j'rageais seul dans ma bulle...

J'ai décroché pour une vraie job,
Pour du « cash safe » dans une « Shop »,
Mais ben vite tanné de m'faire gazer
Par les kits de plastique identiques à démouler.

Chais pas comment j'vas continuer,
Le BS c'est juste assez pour pas crever,
Pis pas de cash, pas de filles,pas de fun,
Heureusement qu'il me reste deux trois bons chums.

Ensemble on va partir un band de garage,
Ça va clancher, avec du stock qui déménage,
On va gagner une médaille au festival,
On va les épater, ça va faire mal!

J'le sais ben que chus pas ordinaire;
Cassé, rebelle, plein de clous et de boutons,
N'empêche que j'ai plein d'trucs à dire,
Moi aussi j'ai ben l'droit de vivre!

Dans ce pays qu'y disent une démocratie,
Où chaque coureur a soi-disant sa chance de réussir,
Mais où peut même plus loofer en paix dans un boisé,
Où les pauvres sont en majorité, on commence à être tannés!

Les ouvriers, les gueux, les gagne-petits, les ignorants
Ceux qui nourrissent la machine continuellement,
Y pensent pas, ,ils parlent pas ou juste entre eux,
Trop fatigués d'bosser pour leurs bills, ils restent silencieux...

Moi-même comme bâtard sorti de cette gang,
Quitte à être éjectés de la game,
J' veux plus la jouer, j'veut créer, j' veut crier,
Moi pis ma bande de chums allumés.

Pourtant je l'sais maintenant, que j'ai du talent,
Plein la cervelle, le cœur et aussi du cran,
J'vas vous l' montrer, même que vous payerez
Cher au Palace, pour me voir chanter!

Mon premier poème en Joual
pour mes p‘tits chums de la principale à Granby-city!

Anny Schneider, Shefford, ex-rebelle, à peine assagie.

Un magnifique site web réalisé par Saïvann